La suite dans les idées.

les-trois-graces

 

JE_lutte_des_classes pour blog

Imaginons nos bonheurs en commun,
révolutionner c’est inventer de nouveau.
Meilleurs vœux pour 2016 !

 

Je lutte des classes
Cela sonne un peu comme un slogan dépassé, discrédité par l’idéologie dominante et ses intellectuels de service. Mais justement, la présence du « je » propulse la phrase au-delà du jeu de mots : plutôt une invitation à l’échange, une promesse d’engagement. Non pas le « je » du retour de l’individu, périodiquement annoncé par les idéologues du capitalisme, mais un « je » directement connecté aux conflits. La réappropriation de la subjectivité par le collectif, une montée en généralité qui n’enferme pas le moi dans l’espace étroit de l’individu, mais le place en situation de communication et de combat à la fois. Après la résignation du repli sur soi, la promesse de lendemains qui changent. C’est aussi la vertu de « je lutte des classes », que de permettre un lien entre un futur ouvert et un passé que l’on croyait dépassé.
Franck Poupeau

Ce contenu a été publié dans Quelle joie le bonheur. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *